Rocamadour, emblème de la vallée de la Dordogne

Parmi les pépites indénombrables de la vallée de la Dordogne, la médiévale Rocamadour se dresse fièrement le long de la falaise avec laquelle elle fait corps depuis mille ans. Elle contemple de toute sa hauteur le flot ininterrompu de visiteurs qui ont succédé aux pèlerins ayant convergé vers son sanctuaire pendant des siècles. Si les raisons de s’y rendre ont changé, la cité n’en reste pas moins ultra attractive.

Une cité médiévale qui fait l’unanimité

Rocamadour jouit d’une réputation mondiale incontestée en accueillant environ 1,5 million de visiteurs par an. Il faut dire qu’à contempler ce bâti agrippé à la falaise et suspendu au-dessus de l’Alzou, un affluent de la Dordogne, on ne peut que s’extasier du génie ayant conçu et construit ce village où maisons, toits et églises semblent faire partie intégrante du rocher. On y entre par la porte fortifiée du Figuier avant de suivre la rue de la Couronnerie, l’unique rue de Rocamadour, extrêmement animée en saison, avec ses boutiques et ses restaurants. L’occasion de se munir d’une babiole, en souvenir d’une excursion sur un site vraiment exceptionnel, avant de gravir les marches du grand escalier. C’est au-delà des 200 marches que se trouve le parvis où se tient le sanctuaire avec ses huit édifices sacrés. Entrer dans la chapelle Notre-Dame qui abrite la Vierge Noire, la crypte Saint-Amadour et la basilique Saint-Sauveur s’impose avant d’accéder aux remparts du château, ancien palais des évêques de Tulle, pour profiter du panorama exceptionnel sur la cité et la vallée.

Le caractère sacré de Rocamadour

Outre son attrait purement touristique, Rocamadour « Citadelle de la foi », inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO attire encore des pèlerins. Les reliques de Saint-Amadour (ayant donné son nom au site) a positionné le village comme haut lieu de pèlerinage après Jérusalem, Rome et Saint-Jacques de Compostelle, dès le XIIème siècle. Des rois et des millions de pèlerins usèrent les marches du grand escalier au fil des siècles, le gravissant à genoux pour accéder au sanctuaire. Ainsi s’est progressivement développée Rocamadour, décomposée en cité marchande en bas, le château en haut, le sanctuaire au milieu et, un peu plus loin, l’Hospitalet où logeaient les pèlerins. Elle perdit certes de son rayonnement après les guerres de Religion du XVIème siècle, mais chaque année, les pèlerins affluent vers la cité dans la semaine qui encadre le 8 septembre.

Singes, aigles et spectacle équestre à Rocamadour

Les portes de Rocamadour ne se ferment pas à sa seule cité. Elles s’ouvrent sur d’autres découvertes inédites comme la Forêt des singes, un parc de vingt hectares où s’ébattent en totale liberté plus d’une centaine de macaques de Barbarie. Autre site remarquable, le Rocher des Aigles permet d’observer vautours, faucons, aigles et autres rapaces au-dessus du canyon de Rocamadour. Au Parc Durandal, l’ambiance diffère. Le grand tournoi, un spectacle équestre renvoie à l’époque médiévale en mettant en scène des personnages atypiques et multiples cascades et combats sur note d’humour. Rocamadour ouvre aussi la route vers d’autres merveilles de la région que sont le gouffre de Padirac, Autoire et Loubressac, Domme et Collonges-la-Rouge, des villages de toute beauté ou les méandres de la Dordogne, à découvrir pourquoi pas, en canoë-kayak. Et sur les petites routes du Causse, en roulant de site en site, s’impose la visite des fermes pour déguster du Rocamadour, ces savoureux palets de fromage de chèvre propres à la région.

Le 16ème Festival de Musique Sacré de la cité

La verticalité du village où les édifices se superposent, semble un défi à l’équilibre et un appel à l’ascension spirituelle. C’est par la musique que Rocamadour a choisi d’y participer en organisant son 16ème Festival de Musique Sacrée entre les 15 au 26 août de cette année. Intéressé ? La nature se fera à la fois scène et décor, sous les étoiles et au creux de la vallée de l’Alzou au pied de la cité. Outre la Basilique Saint- Sauveur choisie comme site principal de programmation, des concerts sont prévus à la belle étoile, certains dans les jardins de châteaux alentour et d’autres, à caractère gastronomique dans les vignes et les truffières. Les répertoires, variés, seront conduits par des invités prestigieux comme le violoniste Renaud Capuçon que l’on ne présente plus, le contreténor Philippe Jaroussky ou encore le grand chef d’orchestre Nigel Short.

Les Montgolfiades de Rocamadour fin septembre

Grâce aux Montgolfiades de Rocamadour, le ciel de la vallée de la Dordogne se parera de mille couleurs les 25 et 26 septembre prochains. Avec 20 000 visiteurs en 2012, 60 000 en 2015, l’évènement suscite un engouement croissant pour cette trentaine de montgolfières qui prennent leur envol depuis le canyon de l’Alzou. En contemplant ces ballons aux formes inédites et improbables, les spectateurs renouent avec l’émerveillement propre à l’enfance. Un moment de rêve construit par une bande de passionnés fédérés au sein de l’association Rocamadour Aérostat invitant des équipages d’ailleurs à prendre part à l’évènement. La chose est établie : il n’y a pas mieux qu’une nacelle de montgolfière pour admirer dans son ensemble les beautés de Rocamadour et plus largement, celles de la vallée de la Dordogne.
Il semble que la jolie cité ne se soit pas endormie sur son double héritage basé sur un environnement naturel d’exception et une histoire sacrée. Elle vibre aussi au rythme d’évènements choisis pour entrer en résonnance avec son identité.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien manquer !

Pin It on Pinterest