Respirer et bouger dans les 11 Parcs nationaux

Randonner, faire du vélo ou de l’escalade, s’adonner à des loisirs en eaux vives ou aux sports d’hiver, plonger dans des eaux cristallines, le tout dans un environnement grandiose est une équation qui peut être résolue par tous. Pour cela, mettez le cap sur les Parcs nationaux français, des monuments de la nature, mondialement reconnus comme espaces exceptionnels de protection de la biodiversité, et qui, à ce titre, attirent chaque année environ 10 millions de visiteurs. En serez-vous ? Libres et ouverts, ils sont synonymes de merveilleuses escapades ponctuées de mille découvertes.

Au départ, il y a eu la Vanoise

Il s’agit du premier Parc national français créé en 1963 pour protéger les bouquetins des Alpes. Situé dans les hautes vallées de la Maurienne et de la Tarentaise en Savoie, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, le Parc de la Vanoise enveloppe une série de hauts sommets dominés par les 3855 mètres de la Grande Casse. Il va sans dire que cette zone offre un condensé de paysages magiques et une large possibilité d’activités pour les amateurs de haute montagne. Le VTT pour les sensations grisantes, le parapente pour embrasser la beauté des paysages, le vélo de montagne sur des circuits bien spécifiques et l’ivresse de la glisse, l’hiver, sur les pistes de Val d’Isère, de Tignes ou des Arcs, sont parmi toutes les expériences possibles. Mais la randonnée restant le meilleur moyen de s’imprégner de la nature montagnarde, il en est une qui consiste à faire le tour des glaciers à la belle saison. En itinérance de refuge en refuge pendant quelques jours, cette randonnée est accessible à toute personne un peu entrainée à la randonnée en montagne.

Les Ecrins et Mercantour, les deux autres parcs alpins

A la transition des Alpes du nord et des Alpes du sud, dans la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Parc des Ecrins occupe l’un des massifs les plus vastes et les plus élevés des Alpes. Avec un point culminant à 4102 mètres et plus de 150 sommets compris entre 3000 et 4000 mètres, ce territoire aux pics acérés fait le bonheur des amoureux de la montagne. Forêts de résineux, étendues d’alpages et vallées aux identités affirmées comme le Briançonnais ou la bucolique Champsaur, défilent sur les 730 kilomètres de sentiers balisés empruntés par les randonneurs et les alpinistes. On y rencontre bouquetins et chamois emblèmes des Ecrins, mais aussi marmottes et hermines et, graal des férus de botanique, le chardon bleu, une espèce rare protégée qui s’épanouit notamment dans la vallée de Fournel. Autre ambiance entre les Alpes du sud et la côte d’Azur, le parc du Mercantour offre une mosaïque paysagère diversifiée faite de sommets, de lacs de montagnes, de canyons et de collines plantées d’oliviers et de lavande. Dans les hautes vallées du Var et du Cians, empruntez la superbe route en corniche des gorges de Daluis, le « Colorado niçois », qui mène au parc, accédez au Col de la Bonette, point de contact entre les Alpes-Maritimes et les Alpes-de-Haute-Provence offrant un panorama grandiose et visitez la vallée des Merveilles et le site de Fontanalba, dépositaires de plus de 40 000 gravures rupestres datant de l’âge de bronze.

Les Pyrénées, quatrième Parc de haute montagne

Au cœur de paysages verdoyants, peut-être apercevrez-vous des bouquetins ibériques, réintroduits en 2014 sur le versant français après avoir disparus durant un siècle, et probablement des ours, des gypaètes barbus et des vautours fauves qui y ont trouvé refuge. A cheval sur l’Occitanie et la Nouvelle Aquitaine, ce parc parmi les plus visités de France offre une infinie possibilité de randonnées, notamment via le GR®10 qui traverse le massif d’est en ouest, pour fouler les merveilles qui abondent. Parmi elles, la vallée d’Ossau et ses petits villages dans la montagne du Béarn, les spectaculaires cascades du Pont d’Espagne à Cauterêts, l’iconique lac d’altitude de Gaube, le cirque de Gavarnie, sans oublier le pic du midi accessible en téléphérique. Et l’hiver, de Tourmalet-Barèges-La Mongie, le domaine skiable le plus vaste à Piau Engaly, le plus haut, de nombreuses stations de sports d’hiver déploient un éventail d’activités givrées, dont certaines insolites, comme le ski tracté par un cheval, le VTT sur ski, la plongée sous la glace, l’escalade de cascades gelées, à expérimenter au cœur de panoramas poignants de beauté.

Le Parc des Cévennes, le plus grand

Bienvenue dans le plus grand Parc national français après le Parc amazonien de Guyane. Massifs volcaniques, forêts, et abondance de cours d’eau façonnent ces paysages qui s’offrent dans toute leur authenticité, sans fioriture. Des centaines d’espèces animales, dont de nombreux rapaces et une flore abondante et diversifiée, avec 11 000 espèces végétales recensées y sont jalousement protégées. Les incomparables paysages agropastoraux des Causses et des Cévennes, inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNECO, sont sillonnés par des chemins de randonnées permettant de faire corps avec une nature d’exception. Parmi les 6 parcours majeurs de grande itinérance dont St-Guilhem ou la grande traversée du Massif central à VTT, Stevenson reste l’itinéraire mythique qui a attiré les marcheurs du monde entier. Comme raconté dans son roman, Voyage avec un âne dans les Cévennes, un périple de 12 jours avec un âne, marchez sur les traces du romancier de Monastier-sur-Gazeille en Haute-Loire à Saint-Jean-du-Gard, à travers les reliefs volcaniques du Velay, la vallée du Gévaudan, les pentes du Mont Lozère et les grandes forêts des Cévennes.

Les Parcs marins de Port-Cros et des Calanques

Au large de Hyères, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, faites connaissance avec les bijoux que sont Port Cros, Porquerolles et Le Levant. Au-delà de la beauté de leurs criques turquoise, de leurs plages de sable fin bordées de pins, elles tirent leur réputation de la richesse de leurs fonds marins. Le Parc national de Port-Cros qui englobe ces trois îles, est en effet connu des plongeurs du monde entier comme « hotspot » de biodiversité marine méditerranéenne. De plus, abritant un patrimoine historique grec et romain considérable, les amateurs d’histoire trouveront de quoi nourrir leur curiosité en plongeant sur les vestiges militaires et les épaves immergées. Dans la même région, symbole des paysages de la Provence méditerranéenne, le Parc national des Calanques, seul Parc national à la fois terrestre et marin est tant accessible en bateau qu’à pied. Plus de 140 kilomètres de sentiers permettent de visiter ce site unique mêlant falaises calcaires, pinèdes rafraîchissantes et criques bleues d’une limpidité saisissante.

Parc National des forêts, le dernier né

En Bourgogne-Franche-Comté, le dernier né des Parcs nationaux créé en 2019, se trouve à cheval entre la Champagne et la Bourgogne. Son objectif ? Valoriser et protéger les forêts formant un terreau favorable à l’émergence d’un environnement spécifique. Du fait de leur ancienneté et d’un boisement quasi-continu, ces forêts abritent marais tufeux, pelouses sèches et prairies où se complaisent les colonies de cerfs, de chevreuils et de sangliers. Toutefois, une faune plus discrète y a élu domicile comme le chat forestier, des papillons rares et des salamandres. Et c’est aussi dans cette nature protégée que nichent 20% des rares cigognes noires en haut des grands arbres, aux côtés des rapaces. Plusieurs centaines de kilomètres de sentier, dont le GR2 et la Via Francigena sont empruntées par les marcheurs, les cavaliers et les cyclistes pour approcher au plus près la richesse de la faune.

Les trois Parcs nationaux d’outre-mer

L’antériorité des parcs d’outre-mer revient à la Guadeloupe qui a créé le sien pour protéger le massif forestier de Basse-Terre. Empruntez les « traces », nom donné aux sentiers, dont celui de la Traversée, un itinéraire de 17 kilomètres qui traverse Basse-Terre de part en part pour pénétrer au cœur de la forêt dense. Les randonneurs avertis pourront eux se hisser jusqu’au sommet du volcan de la Soufrière et les plus aguerris, accompagnés d’un guide, se glisser au creux des ravines les plus profondes de la forêt et explorer les îlets secrets du Grand Cul-de-Sac marin. C’est aussi dans l’enclave du parc, sur la côte sous le vent et aux îlets Pigeon, que les plongeurs seront comblés par la beauté des fonds. Univers d’abondance des espèces, de luxuriance de la végétation et de démesure des distances, le parc amazonien de Guyane est le plus vaste Parc de France. Ancré dans le sud de la Guyane, il couvre Maripa-Soula, Papaïchton, berceau de la culture aluku, Saül, destination éco-touristique appréciée des amateurs de randonnées en forêt et Camopi qui s’ouvre progressivement à l’accueil d’un tourisme responsable. Avis aux esprits aventureux, ces quatre communes enclavées sont accessibles uniquement en avion ou en pirogue. A La Réunion, paradis de la randonnée et des sports extrêmes, le Parc national couvre 40% de sa superficie en englobant les Hauts de l’île. Ses paysages à couper le souffle et sa grande biodiversité ont offert à l’île une distinction de taille. Ses pitons, cirques et remparts sont en effet inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2010. Ces territoires constituent un formidable terrain pour la randonnée, dont l’ascension du volcan du Piton de la Fournaise, toujours actif, et du Piton des Neiges point culminant de l’île avec ses 3071 mètres d’altitude, mais aussi le canyoning, une activité florissante qui attire de nombreux adeptes des quatre coins du monde.

Même si limiter les pressions sur le milieu naturel et préserver la biodiversité et la beauté de l’environnement constituent les objectifs premiers des Parcs nationaux, leur accès en toute liberté ne peut que profiter au plaisir et à la connaissance des visiteurs.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien manquer !

Pin It on Pinterest